English

Situation en Iran et au Yémen

Le Bureau des affaires publiques représente la communauté bahá’íe dans les communications avec le gouvernement fédéral et les dirigeants nationaux concernant la persécution des bahá’ís en Iran, au Yémen et dans d’autres pays.

Situation iran yemen header

Depuis la révolution islamique en Iran en 1979, les députés canadiens ont pris la parole à la Chambre des communes plus de 120 fois pour exprimer leurs préoccupations au sujet de la persécution continue des bahá’ís d’Iran. Les députés qui l’ont fait au cours de cette période proviennent de 10 provinces et territoires et représentent tous les partis politiques. Depuis 2008, les membres du Sénat du Canada ont ajouté leur voix à l’appel pour mettre fin à la persécution des bahá’ís.

Le ministère de l’Immigration du Canada a été le premier au monde à admettre et à réinstaller les réfugiés bahá’ís qui ont pu s’échapper de l’Iran ou qui se sont retrouvés bloqués à l’étranger pendant les années 1980. Plusieurs autres pays ont suivi l’exemple du Canada et, ensemble, ils ont accueilli plus de 10 000 bahá’ís d’Iran dans les années qui ont suivi la révolution islamique.

Le ministère des Affaires étrangères du Canada a également été un défenseur acharné des droits de la personne des bahá’ís d’Iran. Au fil des ans, les ministres des Affaires étrangères ont fait l’un après l’autre des déclarations condamnant la persécution et, sous leur direction, le Canada a coparrainé et voté des résolutions fermes tant à l’Assemblée générale des Nations Unies qu’au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Les représentants bahá’ís assistent régulièrement à des réunions de fond avec les hauts fonctionnaires d’Affaires mondiales Canada et participent à des tables rondes organisées par le gouvernement sur la liberté internationale de religion ou de croyance.