Bahai.ca English

Balado : Le discours public

Épisode 6 : La foi en tant que véhicule de dialogue

Voici la version éditée d’une conversation entre des représentants de communautés confessionnelles nationales, qui se sont réunis dans le cadre du DemocracyXChange Festival pour parler de ce qui permettrait à la foi de devenir un véhicule de dialogue. Y ont participé des représentants du Centre pour Israël et les affaires juives, du Conseil canadien des églises, de l’Organisation sikhe mondiale, de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours et de la Communauté bahá’íe du Canada.
Subscribe

Lisez la transcription

Le texte a été édité par souci de concision et de clarté.

GEOFF CAMERON (directeur, Bureau des affaires publiques) : Le balado que vous allez écouter est un peu différent de nos précédents. Vous entendrez le montage audio d’une conversation qui a été diffusée à l’origine dans le cadre du DemocracyXChange Festival, un projet de l’Université Ryerson de Toronto.

Cette conversation a rassemblé des représentants de plusieurs groupes confessionnels nationaux pour parler du rôle de la religion dans les processus démocratiques. Elle a fait suite à une table ronde avec plusieurs députés sur la création d’un groupe interconfessionnel multipartite — un groupe non partisan qui pourrait se pencher sur les idées et les préoccupations des groupes confessionnels.

Vous entendrez donc plusieurs voix, participant à une discussion exploratoire sur ce que la religion peut offrir pour favoriser un dialogue — y compris avec et entre nos représentants élus.

DELARAM ERFANIAN (responsable de la communication, Bureau des affaires publiques) : Bienvenue à tous ceux qui sont déjà ici. Nous sommes ici pour assister à ce webinaire, « La foi comme véhicule de dialogue : Un point de vue de la communauté ». J’ai le plaisir de vous présenter les panélistes d’aujourd’hui.

Aujourd’hui, le modérateur sera John Milloy, qui est directeur du Centre d’éthique publique du Collège universitaire Martin Luther. Nous aurons comme panélistes Richard Marceau, qui est vice-président du Centre d’Israël et des affaires juives. Ensuite, Catherine Jarvis, qui est représentante de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours. Nous avons également Balpreet Singh, conseiller juridique de l’Organisation mondiale sikhe. Et, Peter Noteboom, secrétaire général du Conseil canadien des églises, ainsi que coprésident de la Conversation interconfessionnelle canadienne. Enfin, Geoffrey Cameron, qui est directeur des affaires publiques de la Communauté bahá’íe du Canada.

Je m’appelle Delaram Erfanian et je suis responsable de la communication au Bureau des affaires publiques de la communauté bahá’íe du Canada.

Je vais maintenant donner la parole à John.

JOHN MILLOY (directeur du Centre d’éthique publique, Collège universitaire Martin Luther) : Très bien. Merci beaucoup, Delaram et bonjour à tous. Bienvenue à ce programme. Il s’agit d’un programme spécial du DemocracyXChange Festival qui, bien sûr, s’inscrit dans le prolongement de DemocracyXChange qui a eu lieu ces derniers jours.

Hier, j’ai eu l’honneur de modérer une importante discussion entre trois députés de trois partis sur la création d’un caucus interconfessionnel multipartite pour promouvoir le dialogue entre les députés et servir comme une forme de discussion avec les diverses communautés confessionnelles du Canada. Ils ont également passé un certain temps à explorer l’idée que la foi pourrait avoir un rôle positif dans la politique publique, ainsi que leur travail en tant que représentants politiques auprès de l’ensemble de la collectivité confessionnelle.

Et nous tenons à remercier les trois députés qui ont pris le temps de participer malgré leur emploi du temps chargé : Elizabeth May du Parti vert, Garnett Genuis du Parti conservateur et Anthony Housefather du Parti libéral. Ce fut une discussion animée. En la planifiant, nous ne voulions pas que la conversation se termine avec la session d’hier. Nous avons donc invité d’éminents dirigeants de plusieurs organisations religieuses nationales à réfléchir à la discussion d’hier, ainsi qu’au sujet plus général de l’intersection entre les communautés religieuses, la politique et les politiques publiques.

Vous avez donc eu l’occasion de rencontrer ces personnes qui appartiennent à un large éventail d’organisations. Elles ont une grande expérience et je tiens à les remercier toutes de s’être jointes à nous. J’aimerais commencer par demander à Geoff Cameron, qui a aidé à co-animer la session d’hier, de peut-être résumer la discussion entre les trois députés. Geoff ?

GEOFF : Merci beaucoup John. Ce fut une discussion très stimulante entre trois députés fédéraux. Je pense qu’ils ont parlé à la fois à un niveau très personnel et avec beaucoup d’honnêteté de la façon dont ils percevaient le rôle de la religion dans leur propre vie en tant que fonctionnaires, agents publics, et ils ont également réfléchi aux interactions qu’ils avaient avec les groupes religieux.

Peut-être pourrai-je simplement mentionner quelques points de haut niveau que chacun d’eux a exprimés. Elizabeth May a parlé du fait qu’une foi personnelle peut être une source importante de spiritualité, de lien social et de fondement moral pour les députés. Elle a également dit qu’elle peut aider à surmonter les tendances au tribalisme partisan sur la Colline du Parlement.

À un autre niveau de discussion, Garnett Genuis a parlé du rôle que les groupes religieux jouent dans la société civile. Bien que nous vivions dans — on pourrait dire — une société laïque, cela signifie en fait qu’aucun groupe ne doit être préféré à un autre. Cela ne signifie pas l’exclusion de la religion de la sphère publique ou la discrimination contre des groupes religieux, ou que les fonctionnaires ne doivent pas dialoguer de manière constructive avec les groupes religieux dans le cadre de leur travail.

Anthony Housefather a abordé un certain nombre de points. Il a fait remarquer qu’une interaction plus complète avec la religion peut également ouvrir la discussion ; elle peut aider à identifier des principes communs et à trouver un terrain d’entente. Et comme Garnett Genuis, il a expliqué que le fait de travailler avec des groupes religieux — qui ne sont pas eux-mêmes positionnés en fonction des partis politiques — peut également aider à résoudre les problèmes liés à la législation et à trouver un terrain d’entente, alors que les cadres partisans des partis peuvent parfois avoir du mal à trouver des compromis et à résoudre les problèmes. 

Peut-être puis-je aussi ajouter quelques réflexions personnelles. Je pense que, comme le montre la rencontre d’aujourd’hui, nous avons de très bonnes relations entre groupes confessionnels au Canada. Je pense que nous avons la chance d’avoir un certain nombre de groupes religieux organisés qui s’intéressent activement aux questions publiques, qui savent comment travailler ensemble, qui s’inspirent des plus hautes aspirations de nos traditions pour travailler pour le bien commun. Et je pense qu’il y a un réel potentiel pour canaliser cette ressource, ce sentiment de cause commune, d’une manière qui peut renforcer notre tissu démocratique, en aidant à promouvoir le dialogue et à faire face aux tendances à la polarisation qui peuvent s’affirmer à Ottawa et plus largement. 

J’espère donc que la discussion d’aujourd’hui, et même par la suite, permettra de jeter les bases d’une sorte d’engagement de la société civile envers un caucus interconfessionnel multipartite qui pourrait chaque année choisir quelques questions et qui créerait une discussion structurée entre les groupes confessionnels, les organisations inspirées par la religion, même celles qui ne sont pas nécessairement liées à la religion, mais qui s’appuient sur une vision morale et éthique, afin de promouvoir un dialogue interpartisan orienté vers le bien commun. Je suis impatient de voir comment cela peut évoluer. Je pense que le programme d’hier et celui d’aujourd’hui sont de bons cadres pour lancer la conversation et commencer à réfléchir à certaines de ces lignes d’action. 

JOHN : Super. Merci beaucoup Geoff. J’aimerais me tourner vers Peter à titre de coprésident de la Conversation interconfessionnelle canadienne. La journée d’hier n’a en aucun cas marqué le début d’une discussion sur un caucus interconfessionnel. Il y a eu des réunions et un dialogue permanents sur la Colline du Parlement avec divers groupes religieux. Et je sais que la Conversation interconfessionnelle canadienne va évoluer. Voulez-vous parler un peu de votre participation ? Mais aussi de pourquoi la Conversation interconfessionnelle canadienne considère que cela est important ? Pourquoi cela contribue-t-il à la réalisation de ses objectifs et de son mandat ?

PETER NOTEBOOM (secrétaire général, Conseil canadien des Églises) : Merci, John. Et merci beaucoup, Geoffrey pour ce résumé, et pour une si bonne synthèse de la situation dans laquelle nous nous trouvons en tant que communautés confessionnelles travaillant ensemble au Canada pour le bien commun.

Je pense que pour la Conversation interconfessionnelle canadienne, qui a été fondée il y a environ dix ans, je pense que c’est vraiment notre dixième anniversaire d’une certaine manière. Lorsque le G20 est venu au Canada en 2010, certains chefs religieux canadiens ont déclaré : « Eh bien, il devrait également y avoir un sommet des chefs religieux de ces pays pour discuter des problèmes auxquels nous sommes confrontés ». Et c’est à l’issue de cette réunion — une réunion relativement importante à Winnipeg, appelée Sommet mondial des chefs religieux — que nous nous sommes réunis pour la première fois pour parler de la protection de la création, des objectifs du millénaire pour le développement à l’époque, et maintenant des objectifs de développement durable, et de la poursuite de la paix comme trois domaines de travail principaux. 

Et après cela, nous avons poursuivi la conversation. Nous sommes devenus amis et nous avons dit que nous devions poursuivre cette collaboration et l’approfondir. Peu de temps après, il y a eu un sommet sur la pauvreté et un autre sur le climat. Et cela a vraiment donné le coup d’envoi d’une table de conversation régulière où les dirigeants des communautés confessionnelles du Canada, ou les dirigeants des organismes de tutelle au Canada ont réfléchi au rôle positif de la religion au Canada. Que peut-elle apporter à l’espace public ? Au bien commun ? Une partie de cette réflexion a consisté à apprendre à se connaître et à développer des relations personnelles plus profondes, de sorte que lorsqu’un sujet est abordé, nous savons qui appeler et par où commencer la conversation.

La Conversation interconfessionnelle canadienne aspire à être un lieu de rencontre pour les représentants des communautés religieuses et des organismes de tutelle, et à établir ces relations. Elle défend le rôle positif de la religion au Canada et dans la société et constitue une plate-forme commune pour travailler sur les questions de bien commun. 

JOHN : Merci Peter. Je veux continuer la conversation en m’adressant à Richard. Vous avez travaillé avec des parlementaires. Je ne sais pas si je suis autorisé à divulguer votre secret, le fait que vous êtes un ancien parlementaire comme moi, mais que vous avez travaillé avec d’autres communautés confessionnelles sur des questions d’intérêt. Et je me demandais si vous pouvez nous parler de la valeur que vous voyez dans le fait que les communautés confessionnelles se réunissent et travaillent avec des parlementaires, et de votre expérience, et même de votre expérience en tant qu’ancien député.

RICHARD MARCEAU (vice-président des affaires extérieures et conseiller général, Centre pour Israël et les affaires juives) : Merci John. Et c’est agréable d’être avec ce panel distingué. Il y a deux ou trois choses que je devrais mentionner. Il y a la valeur dont Peter a parlé au début, qui est le fait que lorsque nous travaillons ensemble en tant que différentes communautés qui se rassemblent, cela crée des ponts ; cela crée des ponts entre les communautés. Et nous apprenons à nous connaître les uns les autres. Nous apprenons à nous comprendre les uns les autres. Et certainement pour moi, sur un plan personnel, cela m’a aidé à découvrir tant de personnes intéressantes et de traditions intéressantes.

Je me souviens de la première ou de la deuxième fois où j’ai rencontré Balpreet, et je me souviens de lui avoir demandé si, au lieu de nous rencontrer au bureau, nous pourrions nous rencontrer dans un gurdwara, pour que nous puissions commencer en lui donnant la chance de parler de sa tradition. Il m’a fait visiter un gurdwara dans la région du Grand Toronto. C’était fascinant. Et puis nous avons eu une conversation sur diverses questions. Mais pour moi, c’était tellement enrichissant sur le plan personnel de faire cela. Et chaque fois que nous travaillons avec d’autres groupes, c’est certainement bon pour moi personnellement, ainsi que pour la communauté juive. Nous cherchons toujours des raisons de parler.

La deuxième partie de la question posée par John concerne le travail avec les parlementaires. Je crois que nous apportons beaucoup en tant que communautés lorsque nous participons au processus politique et au processus d’élaboration des politiques publiques. Ce que nous devons réaliser — et je me souviens quand j’étais assis à la table comme vous, John, en tant que député, en tant que parlementaire — c’est qu’une fois que nous décidons de nous engager dans cette voie, nous devenons des acteurs politiques. Cela signifie donc qu’on vous critique parfois pour cela. Nous devons donc être prêts à le faire. Il faut être prêt à ce que des gens vous contredisent, parce que c’est ça la démocratie, c’est ça le dialogue, c’est ça le débat, et c’est sain. Nous devons être conscients, lorsque nous entrons dans le débat sur les politiques publiques, que les gens, du moins certains, seront d’accord avec nous. Certaines personnes ne seront pas d’accord, et notre travail consiste à convaincre les décideurs d’adopter notre point de vue. 

JOHN : Je pense que ce sont d’excellents points. Je voudrais me tourner vers Catherine pour parler de son travail interconfessionnel à Montréal. Elle est établie à Montréal, au Québec. Et pour poursuivre sur la lancée de ce que Peter et Richard ont dit, je vous demanderais, sur la base de certains des projets auxquels vous avez travaillé à Montréal et au Québec, quels modèles ou expériences avez-vous vus qui pourraient être transposés au niveau national ?

CATHERINE JARVIS (représentante de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours) : Oui. Merci beaucoup de m’avoir invitée à participer à ce dialogue. Ma perspective est très différente. Je viens vraiment en tant que personne qui travaille sur le terrain à des projets de la base. Et ces projets de la base s’efforcent de créer des liens, comme beaucoup d’entre vous l’ont dit : des liens et des relations avec les personnes des communautés confessionnelles, afin que nous puissions nous soutenir mutuellement. Nous pouvons également défendre la voix des croyants au sein de la collectivité et au niveau politique. 

En ce qui concerne les choses sur le terrain, je pense que certaines des choses que j’ai apprises dans mon travail interconfessionnel sont que les communautés confessionnelles veulent vraiment avoir une voix. Elles veulent être entendues. Je pense que ces efforts pour travailler ensemble au sein de la communauté nous aident vraiment à entendre la voix des autres. Cela nous aide à entendre que la politique publique affecte les gens, pour que nous puissions non seulement exprimer de quelle manière elle affecte nos communautés, mais pour que nous puissions aussi entendre comment d’autres communautés sont affectées par la politique publique. Je pense que c’est une chose vraiment importante qui se produit lorsque nous dialoguons les uns avec les autres, c’est que nous arrivons à mieux comprendre comment ces choses affectent les autres membres de notre collectivité ; non seulement en défendant nos propres besoins dans l’espace public, mais aussi simplement en comprenant et en écoutant les autres.

Je pense que c’est particulièrement vrai lorsque nous avons affaire à une politique publique qui divise. J’espère que ce caucus potentiel qui est proposé aidera les élus à mieux comprendre comment les communautés confessionnelles sont affectées par ces politiques publiques et à entendre réellement la voix des gens sur le terrain, et à reconnaître que les communautés confessionnelles sont hétérogènes et qu’elles sont souvent stéréotypées. Et je pense que le simple fait d’avoir une interaction commune, pas seulement un dialogue, mais une action commune, contribue grandement à faire tomber certaines de ces barrières qui existent dans nos communautés.

Voilà donc mes premières réflexions à ce sujet.

JOHN : Super. Merci beaucoup. Et Balpreet, je vous donne la parole. Vous qui traitez directement avec le gouvernement, vous approchez évidemment cela, mais aussi d’un point de vue juridique. Et je sais que vous avez été très impliqué dans le travail avec votre communauté et probablement avec d’autres communautés confessionnelles, concernant un certain nombre de questions juridiques devant les tribunaux. Peut-être voudrez-vous nous parler de cet angle d’action ou de plaidoyer, et aussi de l’aspect plus général des relations avec les parlementaires.

BALPREET SINGH (conseiller juridique, Organisation mondiale sikhe — Canada) : Je vais en fait parler d’un point de vue sikh, juste pour vous décrire un peu le contexte d’où je viens. La foi sikhe se prête assez bien au modèle canadien de laïcité. La liberté de religion fait donc partie de notre identité. L’un de nos gourous, le neuvième gourou, a été mis à mort par l’État parce qu’il avait défendu le droit de la communauté hindoue de pratiquer sa foi, même si les pratiques qu’il défendait n’étaient en fait pas autorisées, ou étaient considérées comme inappropriées pour les sikhs. Il a donc défendu leur droit de la pratiquer, même si nous n’étions pas d’accord avec cela. 

Et cela s’est réellement traduit dans notre façon de fonctionner. Par exemple, mon organisation s’est prononcée très clairement en faveur de la possibilité pour les femmes musulmanes de porter le voile si elles le souhaitent, même si le port du voile est contraire à la foi sikhe ; ce n’est pas autorisé pour les femmes sikhes. Mais en ce qui concerne la liberté de religion, nous pensons que si quelqu’un veut le faire, il a le droit de le faire.

Donc, d’un point de vue politique, cet engagement, cette croyance que tous sont égaux et que chacun peut suivre sa foi et que nous défendrons le droit de chacun s’associe aussi à l’éthique sikhe de service. Servir les autres est un aspect important de la foi sikhe. Et ce n’est pas seulement servir les sikhs, c’est servir tout le monde. Et la politique est un moyen très concret de le faire. Et c’est en partie la raison pour laquelle la communauté sikhe est si présente dans la sphère politique.    

Les sikhs sont très présents. Je n’ai pas besoin de vous le dire, mais il y a 17 députés sikhs. Vous avez Jagmeet Singh, le chef du nouveau Parti démocratique, et vous avez des sikhs dans tous les partis en fait. Mais il y a là un problème. Le problème est qu’ils ne sont pas élus pour être députés sikhs. Ils sont élus pour être les représentants de leur circonscription. 

J’ai souvent constaté que les députés sikhs sont nerveux à l’idée de s’exprimer sur des questions qui touchent la communauté sikhe. Ils ne veulent pas être considérés comme, vous savez, « le député sikh », le type qui parle toujours des problèmes des sikhs. Il y a quelques jours, nous avons donc lancé une campagne visuelle pour parler des députés qui ont soulevé des questions sikhes à la Chambre des communes. Il est intéressant de noter que Garnett Genuis est le député qui a soulevé les problèmes de la communauté sikhe bien plus que tout autre député. C’est comme 25 mentions de la part Garnett, et celui qui suit, avec 15 mentions, est Sukh Dhaliwal de Surrey. Et c’est seulement parce qu’il parlait du Mois du patrimoine sikh.

Je vais m’arrêter là. Je pense qu’un caucus interconfessionnel qui est ouvert et qui comprend les préoccupations des communautés confessionnelles, et qui n’a pas peur de dialoguer avec une confession, au niveau de la foi, et qui n’a pas peur d’être, je suppose, stéréotypé comme étant simplement, vous savez, « ce » député, je pense que cela aurait une réelle valeur.

JOHN : Je veux reprendre le point que vous avez soulevé à propos des députés sikhs et l’élargir, et l’ouvrir à quiconque veut parler de ce que nous devrions attendre des parlementaires. Je pense, Balpreet, que vous avez soulevé un très bon point, à savoir que quelqu’un qui est pieux, quelqu’un qui est impliqué dans sa religion, est probablement plus ouvert aux autres communautés confessionnelles, quoi qu’il arrive — simplement parce qu’ils ont une sorte de respect naturel, presque réflexif, pour cela. Mais quelles devraient être nos attentes à l’égard des députés croyants lorsque nous dialoguons avec eux, lorsqu’ils appartiennent à notre foi. Ils nous représentent ou ils représentent une tradition à laquelle nous sommes associés.

Je me sens comme si j’étais en classe ici. Peter.

PETER : Juste quelques points qui me viennent à l’esprit. Je ne suis pas sûr que cela réponde exactement à votre question, mais au Conseil canadien des Églises, chaque printemps, nous faisons généralement quelques visites sur la Colline du Parlement et rencontrons les députés. Et j’espère que ce caucus interconfessionnel offrira également davantage d’occasions de nouer des relations interpersonnelles, de nouer des liens, de passer des moments de sensibilisation et d’apprendre. Mais nous sommes toujours très conscients, lorsque nous soulevons une question — qu’il s’agisse du désarmement nucléaire, de la pauvreté, de la stratégie canadienne de réduction de la pauvreté ou de la justice climatique — que c’est un sujet qui préoccupe tous les Canadiens. Que ces questions reflètent des valeurs que nous avons largement en commun. Et il est bon de savoir clairement quels sont ces principes et de pouvoir bien les articuler. 

Nous n’entrons pas toujours dans un mode de résolution des problèmes politiques ou même législatifs, dont Anthony Housefather a parlé hier, car nous n’avons pas toujours l’expertise ou la capacité de recherche pour le faire. Mais je pense que le fait d’être conscient que nous parlons au nom d’une communauté plus large nous aide.

JOHN : Oui. Balpreet  

BALPREET : Tout d’abord, en tant que communauté — je vais donc commencer par la communauté — nous devons comprendre que les députés ne sont pas là pour nous représenter ; même s’ils sont de la même confession. Ils sont là pour représenter leur circonscription. Cela doit être clair. Et ils ont leur parti à qui ils doivent répondre. Tout cela est très bien. 

Nous devons donc nous assurer que nos attentes demeurent réalistes. Mais en même temps, les députés ne doivent pas avoir peur de parler de ces questions de foi. Et il y a vraiment ce discours sur la laïcité. Je pense que nous croyons tous en la laïcité. Mais nous devons comprendre ce que cela signifie. La version québécoise de la laïcité ne me semble pas être la version canadienne. Pour moi, la laïcité signifie que vous êtes libre d’être qui vous êtes tant que vous traitez tout le monde avec dignité, avec respect, et que personne n’est favorisé ou défavorisé à cause de sa foi.

Pour moi, c’est ce que signifie vraiment la laïcité. Mais ce que les députés ressentent parfois, c’est qu’ils doivent rester très discrets sur leur foi, qu’ils ne peuvent pas parler de leur foi ou, parfois même, qu’avoir des rapports avec leur communauté religieuse est considéré comme risqué, mais cela ne devrait pas l’être.

Je pense donc que les partis — et je ne sais pas si cela s’applique aux autres groupes confessionnels, mais certainement à la communauté sikhe — les partis ne devraient pas considérer leurs députés comme des représentants de leur foi. Ils devraient les considérer comme des représentants de leur circonscription. Ce que je constate parfois, c’est que les partis vont penser que les députés sikhs sont comme un raccourci pour savoir ce que la communauté pense de — ce que la communauté sikhe pense sur une certaine question. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne.  

Une fois de plus, nous devons comprendre, en tant que communauté, que les députés représentent leur circonscription. Les partis doivent également comprendre qu’ils ne représentent pas leur groupe confessionnel. Et parfois, nous constatons que les députés veulent jouer le rôle de portier. « Venez me voir en tant que porte-parole de la communauté confessionnelle et vous n’aurez pas à communiquer directement avec la communauté ». C’est un raccourci facile pour le parti, mais cela les met parfois dans le pétrin.

JOHN : D’autres veulent se joindre à nous ? Vous avez peut-être des expériences similaires. Catherine  

CATHERINE : Eh bien, j’allais juste dire, je pense que quelqu’un d’autre a mentionné plus tôt que cela va dans les deux sens. Et je pense qu’il faut en être conscient. Je pense qu’en tant que communautés confessionnelles, nous devrions pouvoir attendre de nos députés et de nos élus locaux qu’ils nous représentent aussi. N’est-ce pas ? Même s’ils représentent tout le monde, ils nous représentent aussi. 

Je pense donc qu’il doit y avoir des voies d’accès aux élus où les groupes peuvent au moins savoir que leur voix est entendue. Je pense donc que c’est quelque chose que nous devrions attendre de nos élus, que nous soyons au moins entendus.

Je pense que nous avons une voix au sein de nos communautés que les élus pourraient utiliser. Je pense donc que nous devrions aller vers eux et leur demander : « Comment pouvons-nous vous aider sur ces questions ? De quoi avez-vous besoin sur le terrain ? Y a-t-il des moyens pour nous de fournir un service ? Y a-t-il des moyens pour nous de faire circuler l’information ? » Par exemple, que pouvons-nous faire pour aider nos élus sur le terrain ? Je pense donc que c’est une question à laquelle nous devons réfléchir.

Et sur un dernier point, je voulais juste dire que je pense que nous pouvons faire beaucoup de choses. Je veux juste donner un exemple qui s’est produit au Québec récemment et que j’étais heureuse d’observer. Et c’est que pendant la COVID, alors que notre gouvernement provincial élaborait des politiques de réouverture, il est devenu clair pour les communautés confessionnelles qu’il n’était pas très intéressé par les questions de réouverture des bâtiments religieux. Ce n’était pas une priorité pour le gouvernement. Et j’étais vraiment heureuse de voir un groupe de chefs religieux se réunir et essayer de trouver une solution par eux-mêmes ; de proposer une politique, de travailler avec le département de la santé publique, et de revenir vers le gouvernement avec une solution qui, selon eux, pourrait fonctionner pour les communautés confessionnelles, et d’essayer de plaider, depuis la base, pour une politique que le gouvernement pourrait proposer et mettre en œuvre pour soutenir les communautés confessionnelles qui se réunissent pendant les périodes de la COVID. Mais cela serait sans danger et respecterait les directives de santé publique. Mais cela est venu de l’autre côté. Ce n’est pas le gouvernement qui a imposé une politique aux communautés confessionnelles. Ce sont les communautés confessionnelles qui ont présenté au gouvernement une politique qui était sage et sécuritaire et qui pouvait être mise en œuvre.

JOHN : Merci beaucoup. Quelqu’un d’autre ? Richard ? Ou Geoff ? Ou Pierre ? Voulez-vous intervenir ? Geoff ?

GEOFF : Ce n’est pas une réponse directe à votre question, John — parce qu’il n’y a pas de députés bahá’ís — mais juste quelque chose à quoi je réfléchissais pendant que tout le monde parlait. Je pense que l’on suppose parfois que dans une démocratie, la façon dont les choses sont structurées est telle que vous avez des députés qui ont intérêt à être élus, et des groupes qui ont intérêt à ce que leurs problèmes soient entendus. Et dans une certaine mesure, je pense que c’est une façon réaliste de voir que l’organisation de notre vie politique est centrée autour d’une sorte de convergence d’intérêts ou de conflit entre eux. Mais je pense qu’il est utile de créer le type d’espace envisagé pour ce Caucus interconfessionnel multipartite, qui est un mode différent de discours public ou politique. Il n’est pas tant motivé par l’affirmation d’intérêts et est davantage orienté autour de pratiques qui, je pense, sont répandues dans toutes nos communautés et qui consistent à revenir à des principes moraux, éthiques et spirituels, puis à explorer les implications possibles pour la politique publique.

Je pense que la création de ce genre d’espace peut avoir une influence sur la promotion d’un mode différent de conversation et de dialogue autour des questions de politique publique qui peut apporter cette, je suppose, éthique d’examen des implications des principes pour la politique publique, plutôt que de simplement voir la politique comme une sorte de guerre entre les intérêts de différents groupes.

JOHN : Richard, voulez-vous ajouter quelque chose ? 

RICHARD : Eh bien, beaucoup de choses intéressantes ont été dites et je suis conscient de l’heure qu’il est. Vous savez, John et moi, nous avons été dans cette situation. C’est que les parlementaires et les politiciens sont tellement pressés par le temps, et quand ils rencontrent les gens, ils veulent bien sûr comprendre. Mais ensuite, ils pensent : « Bon, que puis-je faire ? Donnez-moi quelque chose de concret et de réalisable pour que je puisse, vous savez, dire “oui” ou “non”. Et puis, vous savez, peut-être juste reprendre les choses et aller de l’avant ».

Pour certains d’entre nous et pour ce panel, nous devons être conscients de cela. Lorsque nous rencontrons des députés à qui tant de groupes demandent tant de choses pendant la journée, nous devons être attentifs à leur temps et être clairs quant à la demande à laquelle nous voulons qu’ils répondent.  

JOHN : Puis-je offrir un autre point de vue ? Je vais présenter le point de vue opposé. Nous avons parlé des politiciens et de leur représentation [des communautés confessionnelles] et du fait qu’ils doivent trouver un équilibre. Et nous avons beaucoup parlé des communautés confessionnelles qui se rassemblent sur des questions. Mais je peux vous donner une très longue liste de personnes qui critiquent souvent le travail que je fais en disant : « Allez Milloy. Les communautés confessionnelles sont divisées sur un grand nombre de questions, et pas seulement sur les questions elles-mêmes, mais aussi sur la priorité qu’elles leur accordent ». Je crois que je l’ai mentionné à Peter et Geoff lors d’une autre session, en privé, que lorsque je dis aux étudiants que je donne des cours sur l’intersection de la foi et de la politique, ils disent : « Oh. Vous voulez dire que vous parlez de l’avortement. » Ils pensent en fait qu’il n’y a pas d’autres questions en jeu. Mais il y a des questions qui divisent les communautés religieuses, sur lesquelles les communautés religieuses peuvent avoir des points de vue différents, ou sur lesquelles une communauté religieuse est bien en avance sur les autres, en termes de priorité.

Donc, vous savez, quand nous parlons d’un caucus interconfessionnel traitant des communautés de foi, comment nous organiserons-nous ? Comment pourrons-nous, en tant que communautés confessionnelles, surmonter certaines de ces divisions internes ? Je sais que ce n’est pas une question facile, mais…

RICHARD : Bon, je vais commencer. Nous connaissons tous la vieille blague : deux juifs, trois opinions. C’est un cliché, mais il y a une raison pour laquelle c’est un cliché, parce que c’est vrai. La communauté juive est très hétérogène, allant de personnes totalement laïques — voire athées — à des personnes ultra-orthodoxes.

Et pour parler au nom du CIAJ, le Centre pour Israël et les affaires juives, nous faisons de notre mieux pour mener des consultations constantes avec des personnes de toute la communauté et de tout le pays afin d’être en dialogue constant avec notre communauté. Nous avons un conseil d’administration qui est diversifié, avec des points de vue différents représentant tout l’éventail politique, et aussi localement nous les appelons des conseils de partenaires qui nous communiquent leurs principales préoccupations.

Il y a une intense discussion juive interne qui a lieu avant que [quoi que ce soit] ne soit diffusé. Parce qu’autrement, vous risquez d’être déconnecté de la communauté, et de ne pas être représentatif de cette communauté. 

JOHN : Peter, voulez-vous bien répondre à ça ? Je veux dire que vous êtes ici au nom du Conseil canadien des Églises. Vous savez, quelque chose comme l’assistance médicale à la mort, vous trouverez des opinions divergentes parmi les communautés de foi, mais aussi la priorité qu’elles y accordent. Comment les communautés de foi peuvent-elles comprendre cela ? Ou comment s’en occupent-elles lorsqu’elles s’adressent aux parlementaires ?

PETER : Vous savez, nous pensons souvent à ce point final ? Cette conversation avec le député, ou la carte postale que nous envoyons, ou la pétition que nous signons, ou la position que nous prenons. Mais en réalité, il y a tant de travail à faire dès le départ pour être informé, pour lire, pour inviter les personnes qui sont concernées par un problème, quel qu’il soit, pour apprendre des experts, pour en discuter au sein de la communauté, pour discerner ensemble ce que cela signifie vraiment. Je pense que la Société religieuse des amis [quakers] a un processus incroyablement solide pour ce genre de discernement ; prier, organiser, toutes ces choses que Richard a mentionnées, cette conversation interne qu’il est si important d’avoir. 

Et si, par exemple, il peut y avoir des différences de points de vue, voire des résultats sur l’assistance médicale au décès, il existe en fait un fort consensus sur l’accès universel aux soins palliatifs. Il existe donc des moyens de trouver des aspects complémentaires qui font réellement avancer un point de vue beaucoup plus communément accepté, même en respectant les différences au sein d’une communauté confessionnelle particulière. Mais je pense que nous devons faire mieux pour raconter nos propres histoires. Je veux dire par là que les communautés confessionnelles ont eu, pendant de nombreuses années, un impact assez important dans de nombreux domaines de la vie publique. Qu’il s’agisse de l’allègement de la dette des pays pauvres très endettés, de la santé publique pour tous, de la législation sur les médicaments génériques et le VIH/SIDA, de la défense de la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, de la défense des droits des réfugiés, de la défense des droits de conscience des professionnels de la santé et des résistants à la guerre, de la peine capitale, du désarmement nucléaire, la liste de domaines dans lesquels nous avons ensemble déjà plaidé énergiquement et eu une grande influence sur les politiques publiques est longue. 

Il ne s’agit donc pas seulement de ceux où il y a un désaccord ou une différence de perspective.

JOHN : Geoff, voulez-vous intervenir ? Je sais que ce n’est pas une question facile, mais, dès que vous quittez le monde de la foi, le monde de la foi formelle, c’est celle que, vous savez, vous entendez si souvent. « Vous essayez de nous imposer vos croyances. » « Vous êtes tous en désaccord. » Ce genre de choses. Donc…

GEOFF : Oui. Je ne sais pas si c’est une réponse directe à votre question, John, mais je veux juste revenir au commentaire que Richard a fait plus tôt, selon lequel souvent, lorsque vous êtes en réunion avec un député, vous devez être précis et concret dans ce que vous demandez.

Il y a un point dans la préconisation d’un point de vue où la précision est importante, mais il faut aussi avoir le type de conversation qui précède la préconisation, ou qui peut même la compléter. 

Les questions de politique publique sont complexes et souvent, vous savez, pour être parfaitement franc, elles se situent à un niveau de discussion superficielle qui renvoie peut-être à un ensemble commun de principes libéraux, faute d’un meilleur terme. « Principes libéraux avec un petit l » que tout le monde pourrait avoir en commun, tels que vouloir être libres et vouloir maximiser la liberté de choisir, et ainsi de suite.

Mais, au sein de chaque religion se trouve une tradition profonde, un cadre conceptuel différent qui peut inclure certains principes libéraux, mais peut aussi s’étendre au-delà d’eux, créant un espace de conversation autour de questions morales, même brûlantes comme l’avortement, l’assistance médicale à la mort, et d’autres questions. Vous savez, parfois, lorsqu’on en arrive au stade de la défense d’une cause, ces questions sont très controversées. Mais si vous créez un espace de conversation qui permet réellement d’exposer certains des principes qui sous-tendent ces positions, il pourrait y avoir des divergences de vues entre les groupes confessionnels. Vous pouvez au moins trouver — au moins, même si vous ne pouvez pas trouver de consensus sur la position politique — vous pouvez au moins mieux comprendre où chacun se situe et pourquoi. 

Et je pense que cela fait trop souvent défaut dans notre discours politique. Même les éditoriaux, les opinions et les journaux ne se situent souvent qu’au niveau des recommandations politiques. Ce qui, encore une fois, fait partie de la défense des intérêts. Mais il y a aussi la conversation qui la précède ou la complète, qui porte sur les principes et les croyances sous-jacents qui nous amènent à ces positions.

Pour qu’il y ait la possibilité de mieux se comprendre, de changer d’avis, de moduler les positions pour mieux prendre en compte les points de vue des autres. Et c’est ce genre d’espace que j’aimerais voir davantage dans notre vie politique au Canada.

JOHN : Merci. J’aimerais entendre Catherine ou Balpreet. 

CATHERINE : Je voulais juste poursuivre ce que Geoff vient de dire, et admettre que cet espace où nous nous réunissons sur la politique est désordonné. Je veux dire, il est tout simplement désordonné. Désordonné pour de nombreuses raisons, mais l’une des raisons dont nous avons brièvement parlé est que les communautés confessionnelles elles-mêmes sont hétérogènes. Il y a donc un désordre au niveau des groupes confessionnels avant même qu’ils n’arrivent dans l’espace politique public, qui est également désordonné.

Je pense que nous devons nous asseoir avec cela et accepter que, malgré qu’il soit un espace désordonné, nous voulons être là, et nous voulons avoir une présence dans cet espace, alors que les élus essaient de faire entendre les différentes voix pour proposer des politiques et c’est l’espace où nous allons défendre nos propres positions. 

J’aime beaucoup ce dont Geoff parlait. Que ce caucus interconfessionnel pourrait être un espace propice à ce qui vient avant cela, et que c’est un espace de compréhension. Et je pense que cet espace est très important avant que nous n’arrivions à l’espace de la politique publique. 

Cela me rappelle une histoire autochtone dont ma sœur me parle souvent. Il y a un problème au milieu de la pièce, et il y a un groupe de personnes assises en cercle autour du problème. Et tout le monde dans le cercle voit le problème à un degré différent. Et je pense que cet espace de compréhension est cet espace que ce caucus pourrait fournir où nous pourrions nous asseoir ensemble en cercle, nous pourrions voir les problèmes, nous pourrions arriver à mieux comprendre pourquoi nous voyons ces choses, en nous basant sur nos histoires et traditions fondamentales qui sous-tendent nos communautés de foi. Pourquoi ? Ce que nous voyons. Comment nous voyons ce problème et comment il nous affecte ? Je pense que cet espace de compréhension est crucial.

JOHN : Pour finir, je pense qu’il y a eu peut-être un certain nombre de questions qui ont exploré ce qui était vraiment l’objectif d’hier et ce sur quoi nous nous appuyons aujourd’hui. L’idée de ce Caucus interconfessionnel multipartite. Et j’ai pensé faire le tour. Vous voulez évidemment présenter quelques conclusions, mais aussi, quel est selon vous le… rôle idéal de ce caucus ? Que ferait-il ? Quelles questions aborderait-t-il ? Et comment les verriez-vous interagir ? 

À quoi pensez-vous ? Une sorte de réponse concrète à ce que nous avons entendu hier et ce qui suivra. Et, ajoutez les remarques finales que vous souhaitez. Et peut-être que je vais procéder exactement à l’inverse et commencer par Balpreet. 

BALPREET : Oui. Il y a eu des questions demandant à quoi ressemblerait un tel espace. Un tel espace serait un endroit où vous pouvez poser des questions, et soulever des problèmes, sans toutefois être antagonistes. Je veux dire que la politique est naturellement antagoniste. Donc, je pense que nous devrions considérer ce genre de caucus comme une idée plus large où nous créerions à nouveau cet espace sûr pour parler de questions de foi. Et parce que tout le monde serait représenté à la table, toutes les confessions seraient représentées à la table, ce ne serait pas un problème, ce ne serait pas seulement le problème d’une communauté. Ce serait une question que tout le monde peut examiner sur une large base et dont tout le monde pourrait parler sans crainte, sans craindre d’être stéréotypé comme représentant d’un seul groupe d’intérêt. 

Pour moi, c’est donc à cela que ça ressemblerait. Il suffit de créer un espace où l’on pourrait parler de ces choses et où l’on n’aurait pas à s’inquiéter de… Je veux dire qu’il y aura des questions sur lesquelles tout le monde ne sera pas d’accord. Je veux dire que ce sera une expérience. Il faudra expérimenter.

JOHN : Super. Merci beaucoup. Et merci pour votre participation aujourd’hui. Catherine, vous êtes la prochaine dans l’ordre inverse, si vous avez de dernières réflexions. Et juste cette idée, une idée concrète. Quels sont vos espoirs pour ce caucus multipartite ?

CATHERINE : J’ai quatre espoirs pour ce caucus. J’espère qu’il sera un modèle d’un espace inclusif d’écoute et de dialogue. J’espère qu’il inclura un large éventail de voix. C’est mon premier espoir. 

Mon deuxième espoir est qu’il montre que les politiciens, les élus et les communautés confessionnelles peuvent travailler ensemble. Et j’insiste sur le « travail ». J’aimerais que ce caucus ne se contente pas d’avoir des discussions, mais qu’il fasse réellement du travail dans la communauté. J’espère que ce groupe de travail fournira un leadership sur la façon de construire des ponts de compréhension entre les différentes communautés, et entre les communautés et les élus.

Et enfin, j’espère que ce groupe de travail sera un modèle des principes de liberté religieuse, les deux dont j’ai parlé plus tôt. L’idée qu’il ne devrait pas promouvoir une croyance religieuse plutôt qu’une autre, mais plutôt fournir un espace où toutes ces voix peuvent exister. Et qu’il protège l’exercice de la liberté de religion par tous les groupes. 

JOHN : Super. Merci. Et merci pour votre participation. Richard, je pense que vous êtes le suivant, dans l’ordre inverse.

RICHARD : Je ne sais pas exactement ce que j’espère de ce caucus. Je suis certainement un participant enthousiaste qui le soutient. Mais je ne veux pas que nos espoirs soient trop grands. Le Parlement est un milieu où les choses vont très vite et, comme je l’ai mentionné plusieurs fois, les parlementaires ont tendance à être sollicités dans beaucoup, beaucoup de directions. Je pense donc que, quel que soit l’ordre du jour, nous devrions veiller à ne pas entreprendre plus que ce que nous pouvons vraiment faire. Sinon, nous n’y arriverons pas.

Nous devrons donc être très pragmatiques, et ce que j’aimerais, c’est de voir si nous pouvons intéresser les gens qui ne sont pas enclins à la religion, pour qui la religion n’est pas importante. Vous savez, tous les députés qui ont été mentionnés quelques fois ici s’intéressent à la religion, s’intéressent ou comprennent eux-mêmes ce que cela signifie dans la vie des gens. 

Pour bien des gens, ce n’est pas le cas. Et si nous pouvions simplement légitimer le point de vue religieux dans le discours public, ce serait une bonne chose. Parce que ma grande crainte est qu’à mesure que le Canada devient plus diversifié — vous savez, nous parlons de moins en moins la même langue, il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas la valeur des gens, la religion dans la vie de certains. Et je pense que c’est tragique. Je ne dis pas qu’ils doivent être d’accord avec un point de vue religieux, ou avec un dogme, ou avec la religion X ou Y, mais comprendre qu’il y a des gens de foi dans ce pays et que leur voix compte aussi serait un grand pas en avant.

JOHN : Super. Merci Richard. Et merci pour votre participation aujourd’hui. Peter, je pense que vous êtes le suivant sur la liste.

Peter : Bien sûr. Je répéterais ce que Richard a dit. Particulièrement la partie où il a dit que nous devrions être pragmatiques, et ne pas entreprendre plus que ce que nous pouvons accomplir. Être très modéré dans nos attentes, surtout que nous commençons à peine. Mais j’espère que ce faisant, nous ferons avancer le thème principal de cette conférence : la démocratie. Que nous apporterons une petite contribution à un pays démocratique plus fort qui ne se limite pas aux droits de vote individuels, mais qui comprend un engagement plus profond en faveur des droits de l’homme pour tous, et qui inclut un contrat social plus solide.

JOHN : Merveilleux. Je vous remercie. Et merci aussi, Peter, pour votre engagement. Et le dernier mot revient à Geoff.

GEOFF : J’ai déjà dit beaucoup de choses sur mes espoirs. Et je suis on ne peut plus d’accord avec tous mes collègues et amis qui m’ont précédé. J’espère également que le projet pourra commencer à une petite échelle, avec des plans pour essayer de choisir un problème ou un thème sur lequel nous aimerions nous concentrer, et pour créer une combinaison de dialogue plus intime avec quelques députés et représentants de communautés confessionnelles intéressés, et d’interaction avec un public plus large. Et j’espère qu’entre la Conversation interconfessionnelle et certains des députés qui se sont le plus activement intéressés à ce projet, nous pourrons planifier une action dans les mois à venir, afin d’acquérir de l’expérience et d’apprendre quel est le bon équilibre entre un dialogue exploratoire large, et le fait d’être pragmatique et précis, comme cela a été mentionné.

JOHN : Super. Merci beaucoup, Geoff. Et je tiens à vous remercier encore une fois, ainsi que tous les panélistes, pour votre participation.

Je vous remercie donc encore une fois. Et merci à Democracy XChange et au Democracy Festival. Et je donnerai le dernier mot à Delaram pour conclure.

DELARAM : Merci John. Je voulais juste vous remercier de nous avoir aidés à mener cette conversation et remercier tous les membres du panel de nous avoir consacré du temps, de nous avoir communiqué leurs idées. C’était vraiment un espace très important. Et à tous les participants qui nous ont accordé du temps, et ont été avec nous aujourd’hui. Merci à tous.